1. Bienvenue à bord du alain-colas.com dédié au navigateur Alain Colas, un enfant de la Nièvre

    2. qui a été au bout de ses rêves d’océan pour devenir une légende de la voile sportive.

Retour à l’accueilBienvenue.html
 
Alain Colas, pionnier de la voile moderne

Interview de Eric Le Seney, le réalisateur du film.

Même si ses exploits de marin sont exceptionnels, Alain Colas n’est pas seulement un grand navigateur en solitaire. C’est aussi un meneur d’homme, un chef d’entreprise et un créateur infatigable capable de lancer  les projets les plus fous et de les mener à bien. Il a été l’un des pionniers de la communication sportive et a contribué à l’amélioration des liaisons radios maritimes, découvrant des techniques qu’il a expérimenté, par exemple, sur le Club Méditerranée. Tous les grands skippers actuels lui doivent d’avoir ouvert l’ère de la voile moderne.

Manureva, le dernier voyage

Cliquez sur une image pour accéder à son chapitre

Cliquez sur une image pour accéder à son chapitre

En 1976, Michel Etevenon, homme de spectacle passionné de voile lance l'idée d'organiser une course transatlantique en solitaire d’organisation française, la Route du Rhum, concurrente de la Transat anglaise qui décline. Elle partira de Saint-Malo et suivra l’itinéraire emprunté, à partir du milieu du XVIIe siècle, par les navires négriers qui emmenaient les esclaves aux Antilles. Cette course qui s’annonce comme un événement médiatique majeur renouvelle les standards de la course à la voile.


Deux ans plus tard, le 5 novembre 1978, Alain Colas prend le départ, sur son «vieux» Manureva, à Saint-Malo, de la première édition de la Route du Rhum. Quand il lance son dernier message, après dix jours de course, il est en tête et peut logiquement espérer l’emporter puisqu’il bénéficiera désormais, jusqu’à l’arrivée à Pointe-à-Pitre, de vents portants qui favoriseront son trimaran par rapport aux monocoques qui le talonne.


La tempête qui se déchaîne les jours suivants a pourtant raison de ce marin d’exception qui disparaît mystérieusement à l’âge de 35 ans.


Le 15 novembre, Alain Colas regrettait une fois encore que les liaisons radio entre tous les skippers ne fonctionnent pas mieux : «nous sommes tous solidaires quand le temps est dur et la radio est la cordée qui unit les hommes....» 


Après l’ultime appel du 16 novembre, la radio de Manureva reste définitivement muette. A-t-il été heurté par un cargo ou éperonné par un orque ? A-t-il été disloqué par un phénomène météorologique imprévisible ? Les hypothèses les plus folles sont avancées...


Quand Alain Colas disparaît en mer ce n’est pas pour s’isoler sur une île déserte comme on l’a envisagé, mais en allant, une fois encore, à l’image de toute sa vie, jusqu’au bout de son rêve.


Quelques mois plus tard, «Manureva», la chanson la plus célèbre d’Alain Chamfort envahit les ondes et ne cesse, depuis, de rendre hommage à son dernier voyage. Une légende ne meurt jamais...

Extrait INA Dernières images au départ de Saint-Malo

Cliquez pour visionner les premières minutes du film «Alain Colas, rêves d’océan».

Merci à Olivier de Kersauson, Philippe Gildas, Alain Chamfort, Eric Vibart, Dominique Charnay,

Jean-louis Filc, Jeannot Rollin et bien sûr Jean-François Colas de leur participation à ce film exceptionnel.